// Actualités LLD et LOA
Actualités, conseils, dossier, retrouvez toute l'actu de la LLD

L’assurance auto et les nouvelles tendances

Voitures autonomes, assurances personnalisées pour répondre aux besoins des automobilistes, développement du covoiturage et des modes de déplacements motorisés alternatifs… Le monde de la mobilité est en plein bouleversement sous la pression de révolutions à la fois technologiques et sociétales. Voici 4 grandes tendances auxquelles le secteur de l’assurance auto va devoir s’adapter dans les années à venir.
 

L’assurance auto personnalisée

C’est sans doute la tendance majeure des années à venir : l’assurance auto personnalisée. Confrontés à des primes d’assurance toujours plus élevées, les conducteurs s’intéressent de plus en plus près aux modes alternatifs de prise en compte des risques automobiles, préférant payer pour leurs trajets réels plutôt que pour des volumes de circulation hypothétiques qui leur coûtent trop cher.
Trois types de contrat « à la carte » se développent particulièrement :

  • L’assurance auto au kilomètre : la prime est réduite en proportion d’un plafond kilométrique annuel. En substance, moins vous roulez, moins vous payez de cotisation !

  • L’assurance adaptable : il est possible de négocier avec son assureur une baisse de la prime, par exemple en s’engageant à ne plus prendre sa voiture pour aller au travail, ou en laissant son véhicule au garage pendant la période hivernale.

  • La formule « Pay as you drive » : vous « payez comme vous roulez », c’est-à-dire précisément pour le nombre de kilomètres parcourus. Et la prime d’assurance auto varie également en fonction de votre comportement sur la route.

Les assureurs s’adaptent progressivement à ces nouveaux besoins exprimés par les conducteurs. Voyez par exemple ce que propose l’assurance auto de la Maaf en termes de personnalisation des garanties.
 

Vers une hausse des primes d’assurance ?

L’année 2015 a renoué avec de tristes habitudes : la hausse du nombre de tués sur les routes de France. La volonté des gouvernements successifs et la multiplication des campagnes de prévention n’y changent rien : on meurt encore beaucoup trop au volant. 3 464 personnes ont été victimes d’un accident de la route l’année passée, en hausse de 2,4 % par rapport à 2014.
L’augmentation de l’accidentologie représente un vrai défi pour les assureurs. Car cette crue inopinée des risques a pour corollaire l’aggravation des dégâts corporels, et donc la hausse des frais d’indemnisation et de prise en charge des soins médicaux. Non seulement les Français subissent plus d’accidents qu’avant, mais ceux-ci sont également plus graves.
Conséquence immédiate : les tarifs de l’assurance auto vont grimper dans les mois, sinon dans les années à venir (à lire ici). C’est une tendance inexorable. Car l’assurance voiture reste un produit d’appel pour les compagnies, qui ne gagnent pas un centime sur ce type de contrat... et commencent même à perdre de l’argent.
 

Bientôt la fin de la voiture individuelle ?

Acquérir une voiture personnelle : cet acte si banal serait-il en train de devenir has been ? C’est ce que laisse à penser la multiplication des possibilités alternatives, qui ont en commun de remettre en cause l’idée de voiture individuelle et même de propriété privée automobile.
On observe notamment 4 grandes tendances :

  • Le covoiturage, qui consiste à profiter du véhicule de quelqu’un d’autre pour effectuer un trajet ponctuel ou habituel ;

  • L’autopartage : plusieurs personnes s’achètent une voiture ensemble et partagent son utilisation, les frais qui en découlent, ainsi que la prime d’assurance auto ;

  • La voiture en libre-service, type Autolib’ à Paris, électrique et à usage ponctuel ;

  • La location longue durée (avec ou sans option d’achat) : vous n’êtes plus propriétaire du véhicule et pouvez en changer régulièrement, avec la possibilité de l’acquérir au bout d’un certain délai dans le cadre du leasing.

En conséquence, l’assurance automobile va devoir s’adapter à des usages différents, ponctuels ou collectifs : assurer plusieurs conducteurs en autopartage, prendre en compte la présence constante de passagers « étrangers » dans le véhicule, etc.
 

Les véhicules autonomes : un challenge pour l’assurance voiture

Les plus optimistes ont fixé aux alentours de 2025 la révolution de la voiture autonome. Certains parlent même d’une industrie automobile consacrée à 30 % aux véhicules intelligents à l’horizon 2035 ! Les essais se multiplient, notamment autour de la fameuse Google Car, et les industriels promettent une évolution rapide vers la conduite sans conducteur.
Or, l’arrivée de la voiture autonome va profondément modifier la chaîne de valeur et, par conséquent, le marché de l’assurance auto, comme on peut le lire dans cet article. Le fait de lancer sur les routes des véhicules qui fonctionneront sans chauffeur devrait, sans nul doute, représenter le véritable futur challenge des assureurs.
Le déferlement des véhicules automatisés devrait ainsi s’accompagner des changements suivants :

  • Une plus grande sécurité sur les routes (jusqu’à 10 fois moins de risques d’accidents, selon certaines études) ;

  • Une transformation radicale de la mobilité : développement de l’autopartage et réduction des embouteillages urbains ;

  • Un meilleur échange des données entre l’automobiliste et son assureur, pour une assurance auto toujours plus en accord avec les besoins réels ;

  • Une offre de mobilité accrue, ouvrant la route à toute une population qui ne peut pas conduire aujourd’hui ;

  • Toute une nouvelle législation à construire autour de l’assurance voiture, notamment en ce qui concerne le partage des responsabilités en cas de sinistre.
     

Ces 4 grandes tendances des années à venir devraient conduire à de vastes interrogations sur le rôle des automobilistes et sur la place occupée par l’assurance auto. 

Articles susceptibles de vous intéresser

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de Cookies internes et tiers destinés à vous proposer des offres adaptées à vos besoins et centres d’intérêt, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales et à réaliser des statistiques de visites.
Votre consentement valable pour une durée de 13 mois peut être retiré à tout moment. OK tout accepter ou personnaliser.